Fukushima - 福島
Spécifications techniques :
Format : 26 x 24 cm
Tarif: 49 € TTC
164 Pages
Livre en Français, Anglais et Japonais

Précommande

L’histoire de ce livre est simple. Je me devais de raconter, de montrer et de fixer le temps, de la même manière que les horloges de Namie se sont arrêtées, et pourtant la vie continue, la nature reprend ses droits.

Depuis le 11 mars 2011, je n’ai eu de cesse de penser au jour où je me rendrais à Fukushima, cette région maudite, ce nom qui résonne dans ma tête comme une alarme, l’inimaginable désastre, qui me pousse à vouloir le photographier.

Ce vendredi 11 mars 2011 à 14h46, un séisme de magnitude 8,9, s’est produit à 80 km à l’Est de l’île d’Honshu au Japon, puis l’arrivée du tsunami sur les côtes de l’Océan Pacifique. Une « situation d’urgence nucléaire » est déclarée à la centrale de Fukushima.

Retour sur une des tragédies les plus importantes du XXIème siècle survenue le 11 mars 2011, date qui à été retenue, à l'unanimité, lors du Congrès mondial contre le nucléaire de Yokohama.

Nous devons tirer plusieurs leçons des échecs institutionnels qui ont conduit à cette tragédie, la sûreté nucléaire n'existe pas, l'histoire nous montre qu’un accident nucléaire de grande ampleur peut se produire n’importe où dans le monde.

Extrait du [futur] livre Fukushima





Fukushima, Japon, Avril 2016. Centre de contrôle des autorités japonaises, point d'entrée de la zone interdite de Namie.



Fukushima, Japon, Avril 2016. Ville de Namie, Dans la zone ré-ouverte au public, les habitants s'y refusent à revenir, c'est aujourd'hui une ville fantôme.



Fukushima, Japon, Avril 2016, Ville de Nihonmatsu. Mitsuko Tuzura, 79 ans. Cette femme habite juste à coté d'un centre de stockage de produits radioactifs. Elle cultive la terre pour se nourrir.



Fukushima, Japon, Avril 2016. Ville de Iitate, zone de décontamination.



Fukushima, Japon, Avril 2016, Hiroko Matsumoto, 67 ans, habite à Iwaki, dans un centre temporaire. Originaire de la ville de Tomioka. Elle a été évacuée à la suite de la contamination de sa ville d'origine. Elle récolte les produits locaux pour se nourrir, des produits contaminés par les radiations. Elle a perdu sa sœur, et vit maintenant seule.



Fukushima, Japon, Avril 2016. Namie dans la zone interdite au public et aux habitants, les taux de radiation varient de 0,900 u Sv/hr à 50,00 u Sv/hr



Fukushima, Japon, Avril 2016, Ville de Iitate, centre réservé aux travailleurs de la décontamination. Le soir avant de repartir, ils ont l'obligation de se rendre à un poste de contrôle pour tester leurs taux de radiation.


Pour faire comprendre aux autres l'épreuve que traversent les habitants de Fukushima, les habitants de Tokyo devraient venir passer un peu de temps ici et vivre l'expérience par eux-mêmes.



Il n'y a pas d'endroit où jeter la terre contaminée, les gens qui vivent dans le centre ont donc pris l'habitude de couvrir le sol avec un drap et de le garder près de leur maison
Top